Aykow détecte le radon dans les maisons

Body: 

 

 

(source : Ouest France, Virginie Jamin)

« C'est comme un détecteur de fumée qui signale un feu, sauf qu'il détecte un autre danger : le radon. » En mai, Grégory Jean, ingénieur nucléaire âgé de 32 ans, a créé à Caen sa société, Aykow. Il a inventé un appareil qui alerte en cas de présence importante de radon. Destiné aux particuliers, ce boîtier rond mesure une dizaine de centimètres de diamètre. À l'intérieur, des composants électroniques. Grégory Jean l'a présenté ce week-end à la Fête de la science, au parc des expositions.

Selon l'Institut national du cancer, le radon est responsable « de 2 500 à 3 500 décès par an », souligne l'ingénieur. Le radon est un gaz naturel radioactif, une « déclinaison » de l'uranium. Présent dans le sol, de façon plus importante en certains endroits, « l'uranium se désintègre naturellement jusqu'au radium. Après, il devient un gaz, le radon. Ce gaz s'échappe vers l'extérieur, dont la maison, un milieu fermé qui va donc le concentrer. » Que faire en cas de surprésence du radon ? « Il faut aérer cinq minutes pour l'éliminer. Il faut le faire dès détection, pour éviter qu'il n'imprègne les lieux. »

L'un des atouts de l'appareil inventé par Grégory Jean est justement sa rapidité : il lui suffit de 35 minutes pour effectuer une détection ; au lieu de 48 heures pour ses concurrents européens. « C'est une rupture technologique. » Vendu 180 €, il est aussi le moins cher sur ce marché. Dans un premier temps, Grégory Jean va le proposer en Suisse, pays plus sensibilisé aux dangers du radon.

L'ingénieur a aussi imaginé un autre appareil, qui « permet d'éliminer directement le problème ». Il se présente comme une prise murale : il surveille le niveau de radon et déclenche la ventilation si besoin.

Virginie JAMIN.

Date de l'actualité: 
Lundi, 17 Octobre, 2011

C'EST QUOI ?

Autour de leaders mondiaux comme AREVA, le CEA, le CNRS, EDF ou le GANIL, NUCLEOPOLIS fédère les compétences industrielles, de formation et de recherche disponibles en Basse-Normandie tout au long de la chaîne de valeur des sciences nucléaires dans les domaines de l’énergie, de la santé et de la maîtrise des risques.