L'Afpa forme les ouvriers du nucléaire

Image: 
Body: 

 

EDF et Afpa ont ouvert un atelier équipé des vannes, pompes, tuyauteries identiques à celles de Flamanville.

 
 
Dans le vocabulaire d'EDF, cela s'appelle des maquettes. Mais ce ne sont pas des joujoux pour enfants qui sont disséminés dans le vaste atelier des anciens apprentis de la Marine, à Équeurdreville. Ces robinets, vannes, motopompes, tuyauteries, sont identiques dans leur maniement à ceux des centrales nucléaires. Ces objets ont été créés pour former les personnels de la centrale de Flamanville. Un choix fait avant que la production du réacteur 2 soit arrêtée pour un problème de vanne mal fermée, incident qui a prouvé la justesse de ce projet.
Ces formations sont d'autant plus nécessaires qu'EDF, comme beaucoup d'entreprises, est confrontée à des départs en retraite importants. « Nous sommes en période de fort renouvellement, indique Alain Morvan, directeur de la centrale. En 2015, 50 % des effectifs auront été renouvelés. » La formation se fait à l'Afpa, mais ce sont des techniciens de Flamanville qui l'assurent, avec toute la compétence et l'expertise accumulée par des années de travail en site nucléaire. « Nous avons aussi l'intention de professionnaliser nos intervenants extérieurs », précise André Palu, directeur de Flamanville 3 (l'EPR). L'objectif étant d'arriver à « une absence de non-qualité de maintenance » (les retards dans les arrêts de tranche nucléaires sont très coûteux pour EDF).
 
Cette formation permettra aussi de préparer un rendez-vous majeur pour Flamanville, celui de la révision décennale des deux réacteurs, qui se fera en 2017 et 2018. « Il y a nécessité d'avoir des compétences de qualité pour ce grand carénage », complète Alain Morvan, en rappelant qu'EDF veut obtenir l'autorisation de prolonger l'activité de ses centrales actuelles
Date de l'actualité: 
Vendredi, 15 Février, 2013
Archivé: 

C'EST QUOI ?

Autour de leaders mondiaux comme AREVA, le CEA, le CNRS, EDF ou le GANIL, NUCLEOPOLIS fédère les compétences industrielles, de formation et de recherche disponibles en Basse-Normandie tout au long de la chaîne de valeur des sciences nucléaires dans les domaines de l’énergie, de la santé et de la maîtrise des risques.